Chronique Gallo-Romaine 2018

sous la direction de Nicolas Mathieu

Isabelle FAUDUET, Nicolas MATHIEU, Bernard RÉMY

Voici la dix-septième livraison de la « nouvelle » présentation de la Chronique gallo‑romaine, la deuxième que je dirige. Elle s’inscrit dans la continuité de la quinzaine des Chroniques sous la responsabilité rigoureuse et efficace de Bernard Rémy. L’ensemble de cette Chronique 2018 a été réalisé par B. Rémy, I. Fauduet et moi-même, dans le souci habituel de qualité et d’utilité auxquelles nous sommes particulièrement attachés dans des temps où l’accès aux informations semble facilité par les outils informatiques mais est en réalité dépourvu de hiérarchie et de classement. La Chronique étant désormais uniquement accessible par internet, il nous paraît d’autant plus nécessaire de maintenir l’esprit de sa conception. Cette nouvelle livraison est consacrée aux généralités sur la Gaule, aux provinces des Alpes et à la Narbonnaise. Elle a bénéficié notamment de l’aide de Blandine Nouvel (Centre Camille Jullian), Antoine Hermary, Philippe Leveau que nous remercions chaleureusement de leur travail.

Les rubriques sont classées dans l’ordre suivant : Synthèses générales ou régionales – Colloques, Congrès, Expositions, Hommages, Mélanges, Séminaires, Tables Rondes – Sources écrites – Historiographie et patrimoine – Carte Archéologique de la Gaule.

Les références sont présentées par cités gallo-romaines, classées (pour de simples raisons de commodité) par ordre alphabétique. Viennent d’abord les livres, puis les dossiers de revues (Gallia…) et les articles, classés par ordre alphabétique des auteurs. Pour les titres de revues, nous utilisons les abréviations du Bulletin Analytique d’Histoire Romaine.

Nous donnons (quand elles existent) les références ISBN ou EAN, ce qui nous dispense d’indiquer les références aux différentes collections des éditeurs.

Inlassablement, et malheureusement sans surprise, il faut faire le même constat et répéter la même demande : « Les recenseurs constatent avec un infini regret que les auteurs et – surtout – les éditeurs ont de plus en plus tendance à négliger les indices qui sont pourtant indispensables aux utilisateurs des livres, surtout des bons car ils vont y retourner fréquemment pour retrouver tel ou tel point (voir la taille et la précision des indices des recueils épigraphiques). Avec l’informatique, les indices sont pourtant beaucoup plus faciles à réaliser, une fois qu’ont été opérés les indispensables choix scientifiques. Certes, ils exigent un peu de papier… ! Même très détaillées, ce qui est loin d’être toujours le cas !, les tables des matières ne remplacent que très imparfaitement les indices. Les auteurs de la Chronique se permettent aussi de rappeler leurs demandes aux différents auteurs d’articles, et surtout aux archéologues, de bien vouloir tenter d’indiquer dans quelle cité gallo-romaine se trouve leur site. L’organisation municipale est à la base du fonctionnement administratif de l’Empire romain. Il est indispensable de prendre en compte cette évidence. Ils faciliteront ainsi grandement le travail des auteurs et des lecteurs de la Chronique. » Remercions donc celles et ceux qui font cet effort.

La chronique « Céramiques romaines en Gaule » de Martine Joly dans cette même revue nous autorise à ne recenser qu’exceptionnellement les publications de céramiques, notamment les actes des congrès de la SFECAG. Nous n’en faisons pas l’analyse. De même, nous ne prenons pas en compte (sauf exception) les découvertes de nouvelles inscriptions déjà signalées dans L’Année épigraphique (AE). Nous nous efforçons d’indiquer le numéro AE en complément entre parenthèses lorsqu’un document qui n’en avait pas au moment de la publication recensée en possède désormais un. C’est une façon simple et commode de partager l’information en utilisant un langage commun. Pour cette raison, nous recommandons aux auteurs, particulièrement aux archéologues qui ne le font pas encore tous, de donner les références aux corpus et à l’Année épigraphique (AE) selon les règles communes internationales. Enfin, devant l’augmentation constante des publications sur la Gaule, nous avons décidé de ne plus recenser (sauf exception) les publications périodiques destinées au grand public (Archéologia, Archéothéma, Dossiers d’archéologie, L’archéologue…) pour ne pas faire grossir démesurément cette chronique.

Merci à tous les éditeurs (FERACF…) et aux directeurs de revues qui nous ont fait parvenir leurs ouvrages (RAC…), à tous les chercheurs et à toutes les institutions (Musées, SRA…) qui ont permis la parution de cette Chronique en nous fournissant de nombreux et indispensables renseignements. Regrettons donc vivement que les éditions Errance et CNRS éditions n’aient plus jugé bon de nous assurer un service de presse, sans même nous en prévenir !

Nous espérons que les autres centres de recherche et de plus en plus de chercheurs nous informeront régulièrement de leurs publications en nous adressant des tirés à part ou même des PDF. Même si, en ces temps difficiles, leurs crédits sont en baisse, leur appui et leurs envois sont indispensables – les PDF ne coûtent rien ! – à l’élaboration de la Chronique qui, malgré les ressources bibliographiques, d’ailleurs inégales, d’Internet, me semble conserver toute son utilité, notamment par le dépouillement des revues locales, des Actes de colloques et des Mélanges/Hommages qui sont de plus en plus nombreux et ne sont guère recensés sur la Toile.

Terminons cette introduction en regrettant une nouvelle fois qu’un certain nombre d’éditeurs pratiquent désormais des tarifs prohibitifs à une époque où l’inflation est très faible et où les lecteurs potentiels voient leur budget stagner, au mieux ! Ce n’est certainement pas le meilleur moyen de relancer les ventes.

Inchangé, l’arc chronologique de la Chronique gallo-romaine va très normalement de La Tène finale à l’Antiquité tardive.

Nicolas Mathieu, Grenoble, décembre 2018.

Le texte intégral de la chronique sera bientôt  disponible en fichier pdf interactif.

Souhaitant vivement que les responsables de cette Chronique soient aussi bien informés que possible des nouvelles publications, la rédaction de la revue, prie instamment Mesdames et Messieurs les Directeurs/trices de revues et notamment des revues régionales ou locales, les éditeurs, les auteurs d’ouvrages, d’articles et de brochures traitant de la Gaule romaine de bien vouloir envoyer un exemplaire de leurs publications, soit à la Rédaction de la Revue des Études Anciennes, Maison de l’Archéologie, université Bordeaux Montaigne, Esplanade des Antilles, 33607 Pessac Cedex, soit directement au coordinateur de cette Chronique, Nicolas MATHIEU, Professeur d’histoire romaine, Université Grenoble‑Alpes, UFR SH, Bât. ARSH, 1281, av. centrale, 38400, Saint-Martin-d’Hères. Dans les deux cas, on est prié de mentionner : « pour la Chronique gallo-romaine de la REA ». Nous remercions vivement ceux qui ont pris la bonne habitude de nous assurer un service de presse régulier. Nous espérons que d’autres suivront.