Denis KNOEPFLER, Trois nouvelles proxénies d’Érétrie. Contribution à la géographie historique de l’Eubée : les dèmes de Phègoè, Ptéchai et Boudion

Acheter l’article en PDF

Résumé. – Publication de trois décrets de proxénie trouvés entre 2003 et 2010 dans les fouilles grecques et suisses d’Érétrie. Le n° 1 honore un Samien vers 300 av. J.-C., le n° 2 deux Rhodiens ayant racheté des citoyens fais prisonniers (peut-être lors de la prise de la ville en 198), le n° 3 – passablement endommagé – sans doute un notable d’Histiée-Oréos. La phraséologie des formules d’octroi des privilèges aux bienfaiteurs fait l’objet d’une étude détaillée. Le démotique porté par chacun des promoteurs érétriens fournit l’occasion de réexaminer les problèmes que pose la localisation des trois dèmes mentionnés ici, en particulier celui de Phègoè, toponyme nouveau, issu du mot phègos, qui, de l’avis général, désigne une espèce de chêne : mais de quelle variété botanique exactement ? Quant aux dèmes de Ptéchai et de Boudion, l’auteur fait valoir ses raisons de les placer respectivement au cœur de l’Érétriade et dans l’arrière-pays d’Amarynthos.

Abstract. – Publication of three proxeny decrees found between 2003 and 2011 in the Greek and Swiss excavations at Eretria. N° 1 is for a Samian around 300 BC, n° 2 for two Rhodians having paid the ransom of citizens kept as prisoners (perhaps after the seizure of the city in 198 BC), n° 3 – much damaged – probably for a man of Histiaia-Oreos. The phraseology of the formulae for grant of privileges to the benefactors is the subject of a detailed study. Each demotic following the name of the Eretrian proposers provides an opportunity for adressing the problems of identification of the three demes concerned here, in particular Phegoe, a new place name directly related to the word phegos, which, admittetly, is used in Greek for a kind of oak tree : but of what botanic species exactly ? In the case of Ptechai and Boudion, the author gives his reasons for locating these demes in the very center of the civic territory and in the hinterland of Amarynthos respectively.

Denis KNOEPFLER, Collège de France ; Denis.Knoepfler@unine.ch