Hunt (S.), Starting to Teach Latin. – Londres : Bloomsbury, 2016. – 192 p. : bibliogr., index, ill. – ISBN : 978.1.4725.3791.1.

Cullen (H.), Taylor (J.), Latin to GSCE 1. – Londres : Bloomsbury, 2016. – XV+250 p. : index, cartes, ill. – (Classical studies). – ISBN : 978.1.78093.440.2.

Cullen (H.), Taylor (J.), Latin to GSCE 2. – Londres : Bloomsbury, 2016. – XIII+304 p.: index, cartes, ill. – (Classical studies). – ISBN : 978.1.78093.441.9.

Pourquoi et pour qui enseigner le latin dans les écoles de nos jours ? Et surtout comment l’enseigner ? Autant de questions cruciales qui se posent dans tous les pays ! Les choses ont tellement changé entre l’époque évoquée en haut de la couverture du livre de S. Hunt par le fragment du sarcophage conservé au Louvre décrivant la vie du jeune Cornelius Statius qu’un épisode présente, en toge, debout, son rouleau à la main, déclamant devant un maître (ou son père) assis, tenant lui aussi son rouleau, et la photo du bas montrant une classe contemporaine avec trois lycéennes au premier rang, les cheveux longs coiffés à la mode d’aujourd’hui, et des lycéens aux rangs suivants, tous assis, stylobille en main, feuilles blanches sur la table devant eux et une trousse ouverte au premier plan. (Et encore, comme il s’agit d’élèves anglais, filles et garçons silencieux et attentifs portent le même uniforme : veste marine, chemise blanche, cravate à raies en biais rouges et bleues ; s’il s’agissait de jeunes français, le contraste serait encore plus saisissant !) Le public, les motivations, les instruments et, par conséquent, les procédés ne sont plus les mêmes. Mais sans remonter jusqu’à 150 de notre ère, ne serait-ce que depuis le milieu du siècle dernier les modifications ont été nombreuses. C’est pourquoi S. Hunt, à la fois praticien et formateur expérimenté, a conçu ce guide qui s’adresse aux professeurs et futurs professeurs d’adolescents de onze à dix-huit ans. Ce manuel, destiné prioritairement aux enseignants du Royaume Uni, est divisé en trois parties. La première brosse un tableau de l’enseignement du latin et de ses péripéties durant ces cinquante dernières années en Grande Bretagne et aux USA. Le lecteur y retrouvera des interrogations qui se posent partout, y compris en France : crise ou pas crise ? Le latin est-il réservé à une élite ou doit-il être offert à tous ? Y a-t-il un réveil de l’intérêt pour cette matière ? Quelle est sa place dans les programmes ? Quelle est l’attitude des gouvernements et des hommes politiques ? Sont évoquées les méthodes d’enseignement : « Grammar translation », « Reading approaches », « Communicative approaches », ainsi que les divers types de publics concernés. La deuxième partie est consacrée à la pédagogie ; elle rendra de grands services, principalement aux néophytes, car, en plus de traiter les points habituels (acquisition de vocabulaire, analyse stylistique, etc.) elle entre dans des détails très concrets et commence vraiment par les bases, comme la manière d’écrire au tableau, la programmation des leçons, l’apprentissage de l’usage du dictionnaire, l’enseignement de la façon de prendre des notes, les révisions, les examens, sans pour cela que les sujets de fond soient négligés : l’enseignement de la littérature, le choix entre œuvres en prose ou œuvres en vers, entre anthologie ou textes intégraux, etc. S. Hunt fait aller de pair théorie et pratique, car à chaque paragraphe il joint une « étude de cas » : il s’agit d’une expérience qu’il a faite, qu’on lui a rapportée ou dont il a été témoin ; il la relate, au besoin en recopiant textuellement les échanges entre professeur et élèves, entre lui-même et l’enseignant, ou entre élèves ; parfois il fournit les écrits de ces derniers ; puis il commente, montre ce qui « marche » et ce qui « ne marche pas », explique les raisons de la réussite ou de l’échec. La troisième partie donne une liste très complète des ressources dont dispose un professeur de latin du Royaume Uni et des USA : livres de cours, livres sur l’enseignement classique, journaux spécialisés, livres sur l’enseignement des langues en général, associations, examens, formation continue des enseignants, etc. Chaque rubrique de chacune de ces listes est remarquable de précision et les renseignements pour obtenir livres, revues, ou pour rejoindre des associations sont fournis méticuleusement avant un commentaire qui indique ce qu’en pense l’auteur. Ce guide, très clair avec ses titres et sous-titres en polices et corps variés, avec ses tableaux, sa présentation en listes, est également à la pointe de la modernité pour les théories comme pour l’utilisation des techniques nouvelles. L’abondante bibliographie qui le termine comprend des travaux aussi bien sur support papier qu’en ligne. Un index permet à l’utilisateur de retrouver rapidement le point précis qu’il cherche et un glossaire aide le lecteur, en particulier le lecteur étranger, à ne pas se perdre dans les sigles et les realia d’Outre-Manche et d’Outre-Atlantique. Grâce à ces instruments, même s’il est essentiellement conçu pour des enseignants anglo-saxons, ce volume pourra rendre service à des Français qui démarrent dans la carrière et qui, au besoin, y grappilleront des idées.

« Bloomsbury Academic » qui propose ce livre aux enseignants a publié aussi en ce printemps 2016 un manuel en deux tomes destiné cette fois aux élèves : Latin to GCSE (le GCSE, « General Certificate of Secondary Education » étant un diplôme obtenu dans une matière spécifique par des étudiants du secondaire de quatorze à seize ans en Angleterre, au Pays de Galles et en Irlande du Nord). Cet ouvrage se propose de conduire un débutant intégral au niveau de l’examen : la première partie traite des déclinaisons, des conjugaisons à l’actif et fait apprendre un vocabulaire de deux cent cinquante mots latins ; en outre chaque chapitre contient des textes en latin racontant la chute de Troie, les voyages d’Énée, la fondation de Rome, l’histoire des premiers rois (avec des présentations en anglais). La seconde partie s’intéresse à des formes et à des constructions grammaticales plus compliquées ; elle enrichit le vocabulaire de quatre cent cinquante termes et offre des lectures concernant le développement de la République romaine, les guerres puniques, Jules César, Auguste et les premiers empereurs. Les chapitres sont ponctués de « Revision checkpoints » et se terminent par un résumé des questions de grammaire abordées et une liste des mots qui doivent être sus. Chaque paragraphe de leçon est suivi d’un exercice. Comme on le voit les auteurs, qui ont une grande expérience de ce cursus, ont voulu faire étudier sérieusement la grammaire et en même temps faire aimer aux enfants Rome, son histoire, sa culture et sa civilisation. Connaissant les points d’achoppement, ils ont multiplié les mises en garde contre les erreurs possibles. La fin de chaque tome est occupée par des exercices supplémentaires en grand nombre, des annexes contenant un condensé de la grammaire latine, un petit lexique latin-anglais et anglais-latin, un glossaire des termes grammaticaux et un index. Le résultat est un manuel très clair, fournissant énormément de matériel pédagogique, où tout a été pensé pour être le plus pratique possible.

Des ressources électroniques sont liées à tous ces ouvrages.

Lucienne Deschamps