NONDUM PROSERPINA ABSTULERAT : PERSEPHONE IN THE AENEID, Lee FRATANTUONO

Résumé. – Perséphone, déesse des enfers n’apparaît guère dans le corpus virgilien bien qu’elle  ait le rôle de personnage uniformisant lors des exploits de l’auteur et qu’elle soit une compagne  d’importance dans sa description d’Orphée à la fois dans l’Enéide et dans les Géorgiques. La  reine des enfers figure finalement comme le troisième personnage d’une série de sacrifices  manqués par Aeneas. La Furie Allecto répond à la tentative du héros troyen d’apaiser la mère  des Furies et son effort pour calmer Junon révèle la réalité ethnographique de la suppression  de Troie et de l’ascendance de l’Italie. Son offrande à Perséphone se révèle vaine et sans effet  au vu de l’adhésion de Virgile à l’eschatologie lucrétienne.

Abstract. – The underworld goddess Persephone appears infrequently in the Virgilian corpus,  but serves as a key unifying figure in the poet’s achievement, an important companion to his  depiction of Orpheus in both the Aeneid and the Georgics. Hell’s queen ultimately figures as  the third figure in a series of failed sacrifices attempted by Aeneas. The Trojan hero’s attempt  to placate the mother of the Furies is answered with the Fury Allecto ; his effort to conciliate  Juno brings the ethnographic reality of Troy’s suppression and Italy’s ascendance, and his  offering to Persephone is revealed as vain and without effect in light of Virgil’s allegiance to  Lucretian eschatology.