Philippe AKAR , La concordia du pater familias et de ses dépendants dans les sources de la fin de la République romaine

Résumé. – Dans certaines sources datant de la fin de la République, la famille est considérée comme la cellule primordiale de la cité. Dans ce cadre, le terme concordia est utilisé pour caractériser la relation idéale entre certains parents, à savoir le pater familias dans ses rapports avec son fils magistrat et surtout avec son épouse. Les auteurs de nos sources interrogeaient la capacité du pater familias, par son autorité, à susciter l’obéissance volontaire de ceux qui bénéficiaient, dans le groupe de ses dépendants, d’une relative liberté. Cette capacité du pater familias à établir la concordia avec ses dépendants, et ainsi à construire cet idéal des relations entre personnes libres par l’exercice de son autorité, constituait le fondement de sa prétention à l’établir avec l’ensemble de ses concitoyens dans l’espace public.

Abstract. – In several sources dating from the end of the Republic, family is considered like the primary cell of the city. In this context, the word concordia is used to describe the ideal relationship between some parents, namely the pater familias in his relations with his magistrate son and especially with his wife. The authors of our sources questioned the ability of the pater familias, by his authority, to arouse voluntary obedience from those, within the group’s dependents, who benefited relative freedom. This ability of the pater familias to establish the concord with his dependents and thus to build this ideal relationship between free persons through the exercise of his authority, was the basis for his claim to establish it with all the citizens in public space.

Philippe AKAR, Anhima – UMR 8210 ; p.akar@free.fr